Président d'honneur.

Luc Provençal

PRÉSIDENT D'HONNEUR DU FORUM.

M. Provençal, maire de la municipalité de Beauceville, Préfet de la MRC de Robert-Cliche et Président de la Table régionale des élus municipaux de Chaudière-Appalaches (TREMCA) adressera le mot de fermeture du Forum.

NOS CONFÉRENCIERS.

Louis Beaumier​

INSTITUT DE L'ÉNERGIE TROTTIER/ POLYTECHNIQUE MONTRÉAL.

 

La transition énergétique: plus qu'un simple changement de carburant 

Maintenant que le monde reconnait l’importance d'agir sur les changements climatiques, et que la plupart des nations se sont données des objectifs de réduction d’émission de gaz à effet de serre, il est plus que temps de prendre les mesures qui s’imposent pour réduire notre dépendance aux combustibles fossiles.

Bien que cette nécessaire transition comporte plus que son lot de défis, de nombreuses technologies de rupture rendent la transition vers une société sobre en carbone de plus en plus envisageable. Cependant, la technologie seule n’y suffira pas. Aussi est-ce l'occasion de se questionner sur la nature même des besoins que notre consommation d’énergie cherche à combler.

La réussite de la transition énergétique sera d’autant plus probable si nous nous posons d'abord les bonnes questions. Comment faire pour qu’aux gains environnementaux escomptés, s’ajoutent des bénéfices économiques et sociaux? Comment faire pour que la transition soit plus qu’un simple changement de carburant?

Isabelle Charron​

OURANOS 

Le portrait climatique en Chaudière-Appalaches

Les enjeux liés aux changements climatiques sont nombreux, complexes et variés sur le territoire québécois. Il est donc important de bien s’y préparer. Cette planification et adaptation aux changements climatiques nécessite une bonne compréhension de l’ampleur et de la vitesse des changements attendus ainsi que des impacts qui y sont reliés, d’autant plus que tous ces facteurs peuvent varier entre différentes régions et différents secteurs d’activités. La présentation a deux objectifs. Le premier objectif est de dresser un portrait des tendances observées et des projections de  plusieurs indicateurs climatiques d’intérêt pour la région de Chaudière-Appalaches. Le second objectif est de faire un survol des impacts déjà en cours et ceux attendus dans le futur face à un climat en changement pour plusieurs secteurs, tels que l’agriculture, la gestion de l’eau, le milieu municipal et les zones côtières.

Véronique Samson

Mobilit-T

Les transports: le prochain défi en matière de réduction des émissions de GES

Le secteur des transports représente 43% des émissions de gaz à effet de serre au Québec. Il s'agit du seul secteur d'activité à ne pas avoir stabilisé ou réduit ses émissions depuis 1990. Les efforts à consacrer dans ce secteur d'activité sont importants, mais ce dernier offre un potentiel d'amélioration très grand. Réduire nos émissions de gaz à effet de serre en transport impliquera cependant des changements profonds dans notre façon de nous déplacer et de concevoir nos collectivités.

 

L'intervention de Mme Samson portera sur des pistes de réflexion qui pourraient permettre aux petites et moyennes collectivités, de même qu'aux entreprises et institutions, de diminuer l'empreinte carbone de leurs employés, de leurs clients, ou de leurs concitoyens. 

 

Le mot d'ordre sera le suivant: utiliser de manière plus efficace les infrastructures et services existants, récompenser les comportements et les moyens de transport sobres en carbone, et penser gestion des déplacements

Michelle Ladd​

VIVRE EN VILLE.

 

Meilleures collectivités, meilleur climat

Dans le contexte québécois, pour vraiment réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’effort doit porter essentiellement sur les secteurs des transports et du bâtiment. C’est par une croissance viable des territoires que l’on peut y parvenir, ce qu’ont déjà mis à l’épreuve certaines petites et moyennes collectivités. En effet, des milieux caractérisés par une bonne densité et la présence d’activités diversifiées et perméables ont le meilleur bilan carbone en transport. Et des bâtiments moins énergivores donnent leur plein potentiel quand ils sont en lien avec d’autres infrastructures, bien localisées. Bien au-delà de la construction de nouveaux quartiers « verts », c’est donc d’abord et avant tout par la consolidation et la réparation des secteurs propices à un bilan carbone soutenable qu’on arrive à réduire le bilan carbone de façon significative. 

Il importe ainsi de s’assurer du caractère exemplaire de chaque nouvelle construction, de consolider les milieux dont le bilan carbone est bon, de réparer les milieux au bon potentiel de réduction du bilan carbone, de choisir les infrastructures qui libèrent du carcan des énergies fossiles et de profiter au maximum des cobénéfices. Agir directement sur l’offre immobilière permet de changer à la source les comportements et de faire des gains rapides, répétés et structurants. Dirigée vers les secteurs présentant un bon potentiel de requalification, la croissance à faible impact climatique permet aussi d’améliorer le bilan des ménages et activités existants.

Pierre Genest

DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE NICOLET. 

Plan de communication, sensibilisation et mobilisation en rapport avec les changements climatiques (GES)

Ce n’est pas pour rien que le logo de la Ville de Nicolet arbore le vert et bleu. Oui, c’est certainement pour définir son côté nature et les cours d’eau qui bordent la 4e ville la plus populeuse du Centre-du-Québec mais aussi parce que son conseil municipal a une grande sensibilité au développement durable de la collectivité. Pierre Genest, directeur général de la Ville vous présentera le plan de communication, sensibilisation et mobilisation en rapport avec les gaz à effet de serre (GES) adopté à la fin de l’année 2013. Deuxième ville au Québec a avoir franchi les 5 étapes dans la protection du climat de la Fédération canadienne des municipalités en 2012 Nicolet a, tel que mentionné plus haut, travaillé avec différents partenaires pour se doter d’un plan qui a permis : de dresser un inventaire, fixer un objectif spécifique et mesurable, prévoir les différentes actions et créer un mécanisme de surveillance.  Les Nicolétaines et Nicolétains se sont donnés comme objectif de réduire de 20 % les GES sur son territoire d’ici 2020. Ce chiffre peut paraître ambitieux mais M. Genest  vous expliquera qu’avec des actions concrètes et un suivi rigoureux, ce défi est tout à fait réalisable tant au niveau des infrastructures municipales que dans la collectivité.

Rose-Marie Dumas​

UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLE CHAUDIÈRE-APPALACHES. 

 

Projet Agriclimat — Des fermes adaptées pour le futur

 

D’ici 2050, une réforme majeure du système alimentaire mondial est attendue. La population planétaire atteindra 9 G d’habitants, appelant à une augmentation de la production de nourriture. Les changements climatiques anticipés mondialement influenceront la productivité de l’agriculture advenant le cas, par exemple, d’épisodes climatiques défavorables comme des sécheresses ou des inondations. Dans un tel contexte, le projet Agriclimat, piloté par le Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ) et financé par le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, a pour objectif d’augmenter la résilience des agroécosystèmes aux changements climatiques à l’échelle des fermes québécoises. Pour ce faire, neuf groupes de travail régionaux réunissant des producteurs et productrices agricoles ainsi que des intervenants de divers milieux sont créés afin de contribuer à l’élaboration d’un plan d’adaptation. L’analyse des impacts prévus et des solutions envisageables est réalisée selon une approche par saison et par type de production. L’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques devient possible en abordant divers enjeux comme la gestion de l’eau, la gestion intégrée des ennemis des cultures, la santé des sols, le bien-être animal et l’efficacité énergétique.

Plusieurs activités sont offertes dans le cadre du projet, favorisant les opportunités d’apprentissage et d’engagement du milieu agricole pour l’adaptation du secteur aux changements climatiques.

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

© 2023 par Conférenc++. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now